JavaScript is required to view this page.
Aller au contenu

Pays

Langue

Fermer (Échap)

Reste en contact

Obtenez un code promo de 10% de réduction

Applicable pour 2024.

Annonces d'éditions limitées, anecdotes et astuces simples.
Désabonnez-vous à tout moment. Données non partagées ni envoyées.

The Tale of Hikaru's Quest for the Phantom Brush

L'histoire de la quête du pinceau fantôme par Hikaru

Dans le village pittoresque niché au pied du paisible mont Fuji, un jeune garçon nommé Hikaru vivait avec son grand-père, Kenji, un maître Shodō estimé. À chaque crépuscule, Hikaru était fasciné par la danse de l'encre et du papier de Kenji, où chaque trait murmurait des contes et des secrets anciens.

Par un frais matin de printemps, Kenji présenta à Hikaru une boîte ancienne et ornée, dont le bois avait été patiné par le temps. "À l'intérieur se cache le pinceau d'un calligraphe légendaire", dit-il, sa voix faisant écho au mystère. "Il possède l'âme de son passé et la sagesse de son voyage."

Tremblant d'excitation, Hikaru ouvrit la boîte, pour la trouver vide. "Son apparence est une énigme, liée à la volonté du spectateur", remarqua Kenji avec un regard entendu.

Alors que les saisons suivaient leur danse céleste, le voyage de Hikaru à Shodō se déroulait comme un délicat lotus dans l'étang du jardin de son grand-père.

Le printemps a apporté les tendres fleurs de sakura, sous lesquelles Hikaru pratiquait le Kaisho, le style en bloc, chaque personnage étant aussi délibéré et bourgeonnant que les nouvelles feuilles. Il a écrit sur les festivités du « hanami », où les familles se réunissaient sous les cerisiers en fleurs, symbole de la nature éphémère de la vie.

L'été est arrivé avec ses vents doux et avec lui, Hikaru est passé au Gyōsho, le style semi-cursif. Ses traits sont devenus plus fluides, comme les ruisseaux qui traversent le village, reflétant les danses énergiques du festival « Bon Odori », célébrant les esprits des ancêtres. Les personnages qu'il a écrit parlaient de lucioles dansant au-dessus des rizières et du reflet de la nuit étoilée sur le lac Kawaguchi.

L'automne a drapé le village de teintes flamboyantes et Hikaru, maintenant à la fin de son adolescence, a adopté le Sōsho, le style cursif. Ses coups de pinceau étaient aussi éphémères et vibrants que les feuilles d'automne. Il a écrit des poèmes sur la lune des récoltes et la célébration du « Tsukimi », capturant la beauté éphémère des nuits au clair de lune.

À l'arrivée de chaque hiver, Hikaru approfondissait les aspects philosophiques du Shodō. Il a réfléchi aux enseignements du bouddhisme zen, à l’art de la pleine conscience et au fait que chaque coup était un voyage en soi. Il a écrit sur le silence du Fuji enneigé, chaque personnage résonnant avec la quiétude de la saison.

Tout au long de ces années, les compétences d'Hikaru se sont épanouies, mais le mystère du pinceau caché dans la boîte ornée est resté entier, une énigme qui le hantait et le motivait à la fois.

Par une fraîche soirée d'hiver, alors qu'Hikaru était plongé dans son art, son grand-père, Kenji, était assis à côté de lui, regardant la danse du pinceau et de l'encre.

La pièce était remplie d'un profond silence. C'est alors qu'Hikaru fit une pause, son regard dérivant du papier à la boîte qui avait été son compagnon toutes ces années.

Dans cette communion silencieuse avec la boîte vide, une vague de respect l'envahit. Le pinceau n’avait jamais touché l’objet ; c'était simplement une métaphore, un symbole de ce dans quoi il s'était lancé, de la croissance de son caractère et de la sagesse qu'il avait acquise grâce à l'art du Shodō.

Kenji, observant la douce révélation dans les yeux d'Hikaru, sourit subtilement. "Parfois, les vérités les plus profondes ne se trouvent pas dans la recherche, mais dans le voyage lui-même."

Back to top

Ajouté au panier